QUI PEUT JEÛNER ? 

Le jeûne Büchinger s'adresse à des personnes majeures et en bonne santé :

Il n'est pas médicalisé : c'est un outil de prévention et d'optimisation de notre santé. Les jeûnes thérapeutiques, eux, sont menés dans des cliniques, où les patients sont encadrés par une équipe médicale.

Pour mener un jeûne dans de bonnes conditions, il faut avoir suffisamment de vitalité :

La vitalité est une notion primordiale en médecine naturelle : il s'agit d'une force qui nous permet de maintenir notre équilibre intérieur et notre santé. Elle est indispensable au bon maintien de l'homéostasie, c'est à dire au maintien des variables de notre milieu intérieur (l'ensemble de nos liquides) à des valeurs normales (par exemple : le Ph sanguin entre 7,35 et 7,45). 

Comment savoir si vous avez suffisamment de vitalité pour jeûner ? 

Si vous vous sentez très fatigué.e depuis longtemps, que vous manquez de motivation et d'enthousiasme, que les tâches du quotidien vous semblent insurmontables, que vous êtes amaigri.e : ce n'est peut être pas le bon moment pour entreprendre un jeûne. En effet, le jeûne, même s'il est un moment de ressourcement, mobilise beaucoup votre organisme qui s'auto nettoie. Pour qu'il se passe dans de bonnes conditions, il est nécessaire que vos organes fonctionnent correctement. Il peut être mieux, en cas de manque de vitalité, d'attendre un moment plus propice à jeûner : un moment où vous en aurez envie, où vous aurez une volonté de changements, d'évolution. Chacun est libre d'évaluer si le jeûne est approprié, hors contre-indications (voir en fin de page). Si jamais vous vous rendez compte que le jeûne est inapproprié pour vous une fois sur place, vous pourrez toujours opter pour une cure de jus de légumes ou une monodiète ! 

Les séjours s'adressent à des personnes capables de randonner 3h par jour : 

Nous ferons une randonnée quotidienne. La marche est facile en Bretagne, il n'y a pas de dénivelé, mais cela implique tout de même d'être un marcheur assez régulier. 



 

Les contre indications au jeûne : 

 

- grossesse et allaitement

- insuffisance hépatique ou rénale avancée

- chimiothérapie

- diabète de type 1

- anorexie ou autres troubles du comportement alimentaire

- maigreur extrême

- hyperthyroïdie décompensée

- artériosclérose cérébrale avancée

- addictions lourdes

- ulcère des intestins ou de l'estomac

- psychose

Vous hésitez à vous lancer : 

 

On n'effectue pas un jeûne par défi, par volonté de contrôle, ou pour faire plaisir à un proche. Bien vivre cette expérience nécessite d'en avoir réellement envie dans un objectif de nous faire du bien. Alors le corps s'adapte en douceur, et le jeûne n'est pas vécu comme une privation. Il est aussi possible de commencer par une cure de jus, une monodiète, ou de passer sur ces diètes si le jeûne ne vous convient pas. Les séjours sont flexibles : chaque situation est unique. Contactez la santé par la racine si vous avez besoin de conseils ou si vous voulez savoir quelle diète est adaptée à votre cas.